Gramsci à l’italienne

Par Clémentine Autain | 8 novembre 2018

Prix du carburant : quand l’anti-social prend le masque écologique

Par Clémentine Autain | 4 novembre 2018

Le 17 novembre prochain, les automobilistes exaspérés par la montée du prix de l’essence et du Gasoil sont appelés à manifester en bloquant les routes. Elue d’un territoire de grande banlieue, je connais bien la dépendance quotidienne à la voiture pour aller travailler, emmener les jeunes au lycée, faire tout simplement ses courses ou des examens médicaux. Je sais, comme vous, que l’achat d’une voiture diesel n’a pas été un acte d’amour pour les particules fines qui empoisonnent nos villes et nos enfants. L’étalement urbain, l’éloignement des services publics, les subventions au gasoil et au diesel : nous les avons subis. Et nous nous y sommes opposés. Ici, à Tremblay, Sevran, Villepinte, je peux témoigner de la mal vie, de la souffrance des transports en communs défaillants et si chers.

Alors que faire ? D’abord, sans hésitation, s’opposer à cette arnaque qui consiste à nous faire croire que ces hausses font partie d’une stratégie contre le réchauffement climatique. Le nouveau ministre de l’écologie, François de Rugy, ose prétendre que la preuve de cette politique écologique est que son budget de 34 milliards correspond exactement au montant des taxes prélevées. S’il voulait nous écœurer et nous énerver davantage, il ne s’y prendrait pas autrement. Ainsi donc, la grande politique écologique de ce gouvernement doit être payée par les automobilistes. Les grandes entreprises qui polluent continueront d’empocher le CICE, le transport aérien ne subit pas les foudres de taxe sur le kérosène, les croisières et les jets privés poursuivront sans entraves leur promenade pour les plus riches. Une nouvelle fois, c’est au grand nombre de payer la facture, au moment même où les prix ne cessent de grimper contrairement aux salaires, rendant les fins de mois toujours plus difficiles. Le gouvernement a tout faux et montre que le tournant que nous attendons tous n’est toujours pas d’actualité.

Ce que nous voulons c’est que le fret soit développé. En dix ans, il a reculé, passant de 12% des échanges de marchandise à 6%. Ce que nous voulons, c’est une grande politique en faveur des transports en commun. Or le gouvernement nous annonce encore des retards sur les lignes de métro attendues. Il privilégie la liaison aéroport Charles de Gaulle/Paris alors que nous sommes des centaines de milliers à demander des investissements pour la ligne B du RER. Comme Nicolas Hulot l’a rappelé, l’Etat ne subventionne que très peu les réhabilitations thermiques des bâtiments et il continue de « rationaliser » les services publics, c’est-à-dire de les supprimer : fermetures des postes, des gares, des maternités, des palais de justice, etc.

Au travers de leur révolte sur le prix du carburant, les Français expriment une colère qui vient de loin. Cette colère, elle s’appelle pauvreté, territoires abandonnés, sentiment d’être pigeonné. Il ne faut pas laisser cette colère exploitée par l’extrême droite qui se fiche comme d’une guigne des enjeux climatiques, des inégalités, des abandons de services publics. Il ne faut pas se tromper de combat. Nous ne sommes pas pour un nombre croissant de voitures particulières. Nous savons que nous ne pouvons continuer à dégrader l’environnement sans courir un risque vital pour l’humanité. Mais nous ne pouvons pas accepter que les payeurs de ce nécessaire changement soient les premières victimes des pollutions.

Nous ne pouvons accepter que l’impôt indirect pèse toujours sur les plus faibles.
Ce qu’il nous faut, c’est une autre politique, qui allie justice sociale et lutte contre le réchauffement climatique. Je me bats pour une politique globale qui ne prendra pas les habitants des petites et moyennes villes, de la campagne et de la banlieue pour des gogos.

Je ne serai pas le 17 dans les blocages parce que je ne me vois pas défiler à l’appel de Minute et avec Marine Le Pen, et que je sais combien notre enjeu est celui d’une réelle transformation, d’un changement de modèle de développement incluant la transition énergétique, l’égalité entre les personnes et les territoires. Je ferai tout mon possible pour que les décisions prises se conjuguent avec justice sociale et recul effectif, massif, des émissions dangereuses.

Contre la peste brune, faire grandir la résistance et l’espoir

Par Clémentine Autain | 29 octobre 2018

Le réveil est douloureux. C’est Jair Bolsonaro qui a emporté la mise avec son autoritarisme, son racisme, son sexisme, son homophobie et son funeste programme anti-social. Lula emprisonné, le camp humaniste a cumulé les handicaps pour résister. On le dit peu mais Bolsonaro a bénéficié du soutien actif de la classe dominante brésilienne. Les manifestations monstres, la force des mouvement sociaux, la résistance politique n’ont pas eu raison du retour en force de la peste brune.

Mes pensées vont aux Brésiliens, à toutes celles et ceux qui ont tenu tête et ne courberont pas l’échine. Il va falloir du cran et de la solidarité internationale car Bolsonaro a prévenu : « Les gens de gauche devront choisir entre la prison et l’exil ». La démocratie est clairement et violemment menacée. La région latino-américaine va se trouver déstabilisée. Nous savons aussi que l’onde de choc n’est pas circonscrite géographiquement car les forces politiques de droite extrême se répandent aux quatre coins de la planète.

A nous d’élever un mur contre le fascisme. A nous de faire vivre, à l’échelle internationale, une espérance émancipatrice. L’heure tourne.

Appel international pour la remise en liberté de Mimmo Lucano, Maire de Riace

Par Clémentine Autain | 19 octobre 2018

En tous lieux et en tous temps, la solidarité ne doit jamais être constitutive d’un délit. C’est le sens de cet appel international que j’ai signé pour la remise en liberté de Mimmo Lucano, « Maire de l’accueil » de la ville Riace en Italie.

Car voilà que depuis 3 jours, après l’avoir assigné à résidence, la justice lui interdit maintenant de circuler dans sa propre ville. Sa faute ? Avoir mis en place dans sa commune un système d’accueil qui fonctionne, et par là, avoir combattu la politique de haine du gouvernement italien envers les migrants.

Offrir à des femmes et des hommes fuyant la guerre et la misère des conditions de vie et de travail décentes, en créant des emplois et en promouvant des formations inédites (laboratoires artisanaux, fermes pédagogiques), voilà les actes de cet ennemi de Salvini.

Courage à lui dans son combat pour l’accueil des migrants, et contre la justice aux ordres du pouvoir.

Migrants. Mener la bataille

Par Clémentine Autain | 1 octobre 2018

Face aux renoncements et tergiversations des États à accueillir l’Aquarius, à la montée des droites extrêmes en Europe, à la propagation d’une xénophobie décomplexée, nous ne pouvons pas rester l’arme aux pieds.

C’est pourquoi l’appel lancé par Regards, Mediapart et Politis rencontre un large succès. De Lilian Thuram à Josiane Balasko, de Thomas Picketty à Assa Traore, de Romane Bohringer à Sophie Wahnich, d’Annie Ernaux à Guillaume Meurice, 150 personnalités ont joint leurs forces à des collectifs militants pour donner de la voix en soutien aux migrants. La pétition en ligne engrange des dizaines de milliers de signatures citoyennes. Ce n’est pas rien.

Dans le même temps, SOS Méditerranée a lancé une pétition pour sauver l’Aquarius, en demandant aux gouvernements de prendre leurs responsabilités et en appelant à une grande mobilisation citoyenne. L’ONG appelle à manifester le 6 octobre dans toute l’Europe. L’initiative est particulièrement bienvenue.

Les réponses de Salvini et Macron, qui multiplient les atteintes aux droits fondamentaux, les murs et les contrôles, qui nourrissent le rejet et la rhétorique d’un danger immigré doivent être combattues sans relâche. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait à l’Assemblée nationale lors des débats sur la loi asile-immigration. À Gérard Collomb, nous avons dit et redit que leur présupposé de « submersion migratoire » était faux – le flux migratoire est globalement stable en Europe depuis plusieurs décennies – et que leur obsession à durcir les conditions d’accueil, jusqu’à l’enfermement de mineurs, était une folie. Le moulin de l’extrême droite fut ici comme ailleurs bien alimenté par la macronie, pourtant arrivée au pouvoir grâce au rejet de l’extrême droite… Dans ce paysage politique qui voit prospérer les idées xénophobes et, avec elle, des décisions dangereuses du point de vue des droits humains, la bataille contre ce qui fait le miel des droites extrêmes et du fascisme doit être menée sans ambiguïté.

La façon dont Emmanuel Macron entend instrumentaliser la question est évidemment un piège. Il tente de se donner un visage moral face au FN en racontant une fable sur la question migratoire. La réalité est pourtant têtue : la macronie enfourche les recettes d’une droite radicalisée. La France n’a pas su accueillir l’Aquarius et la loi asile-immigration a mis en œuvre bien des rêves répressifs de la droite dure. Nous ne laisserons donc pas la macronie installer cette fausse bipartition, eux versus le FN. Nous tiendrons tête.

Notre voix sur cette question capitale est celle qui défend des vies humaines et des symboles. Prendre à bras le corps le combat en faveur des migrants est un parti pris humaniste et stratégique. Pour le camp de la transformation sociale et écologiste, il n’y a pas de victoire possible dans les têtes comme dans les urnes sans une contre-offensive assumée sur l’enjeu migratoire. Ce fil à plomb que nous avons à tenir au long court participe de l’imaginaire, des batailles sociales, du projet politique d’une gauche de rupture. Ne pas céder une once de terrain aux adversaires sur cette question me semble indispensable pour faire grandir notre conception du monde. J’invite de ce point de vue à regarder la saga documentaire de Françoise Davisse et Carl Aderhold diffusé sur France 2 en prime time et retraçant 150 ans d’histoire de France par le prisme de l’accueil des migrants. Où l’on se rappellera combien cette question fut, à des périodes décisives, très structurantes d’un point de vue politique… J’invite également à lire la tribune dans Le Monde de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, qui appelle à la fraternité entre tous les travailleurs et rappelle que le dumping social tient davantage à l’inégalité des droits et non à la présence d’immigrés.

Le récit que nous faisons, les thèmes que nous choisissons de porter en avant sur la question migratoire ne sont évidemment pas neutres. Mettre l’accent sur les causes des migrations ou bannir toute évocation de la liberté de circulation comme horizon, comme s’il s’agissait d’une ligne « no border » – à noter que le spectre des signataires de l’appel Regards, Politis, Mediapart est en l’occurrence si large qu’il me parait curieux d’y voir une mainmise « gauchiste » – ne me convainc pas. Ma conviction est qu’il ne faut donner aucun point à nos adversaires sur les termes du débat. Quand nous disons vouloir combattre le pouvoir de la finance, commençons-nous par égrener les difficultés bien réelles, comme la fuite des capitaux ? Non. Est-ce que, pour autant, nous ne prenons pas en compte la complétude du problème qui nous rendrait crédible à gouverner ? Je ne le crois pas. Nous menons une bataille d’idées, une confrontation politique. Celle-ci suppose de valoriser avant tout le sens et le cœur de notre proposition.

Des voix s’élèvent pour dénoncer dans cet appel une diversion. Il ne faudrait pas parler des migrants car la question centrale, notamment pour les élections européennes qui s’annoncent, est ailleurs, dans la contestation de l’austérité et du libéralisme économique, l’enjeu migratoire n’étant qu’une entreprise de détournement des « vrais enjeux ». Comme si on pouvait échapper au moment politique qui est le nôtre, si bouillant sur la question migratoire. Bien sûr, ce n’est pas nous qui avons choisi d’en faire un thème de prédilection, et pour une bonne raison : nous contestons le fait que les immigrés soient considérés comme la grande cause des crises contemporaines. Il n’est pas question de courber l’échine devant l’agenda imposé par nos adversaires. Mais la façon dont le sujet émerge et s’impose dans le débat public nous oblige à mener la bataille. Oui, deux visions du monde s’affrontent.

L’accusation de diversion me rappelle par ailleurs des querelles anciennes, quand on nous expliquait qu’il fallait mener la révolution prolétarienne et les droits des immigrés ou des femmes seraient réglés dans la foulée, quand on nous rabâchait la centralité de la lutte des classes, en ces temps où défendre les lesbiennes et les gays ou l’environnement était perçu comme une entreprise de diversion au regard du combat central. C’était avant Mai 68. Je me bats contre la dichotomie entre le social et le sociétal parce qu’en réalité, les sujets s’entremêlent. Je ne suis pas favorable à une approche reposant sur l’addition de luttes sectorielles, avec sa hiérarchie ancienne, mais pour une conception qui agrège et dégage du sens commun. Notre vision politique doit embrasser la cohérence de tous les combats émancipateurs.