Bahreïn : les droits en danger

Bahreïn : les droits en danger

Publié dans

Clémentine Autain, qui est membre de la commission des affaires étrangères, a rencontré avec son collègue Michel Larive des opposants politiques du Bahreïn qui vivent désormais en exil. Depuis 2011, la répression ne cesse de se durcir, et érode toujours davantage les droits des opposants politiques, des journalistes, des manifestants.

La députée a tenu à interpeller M. Le Drian à ce sujet :

Mme Clémentine Autain attire l’attention de M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur les graves atteintes aux droits de l’Homme constatées au Bahreïn. La vaste campagne de répression qui s’est déroulée en 2011 suite au soulèvement populaire, et qui s’est intensifiée en 2017, s’est traduite par de nombreuses exactions : arrestations et détentions arbitraires, tortures et agressions sexuelles. Les ONG évoquent le chiffre de 4 000 prisonniers politiques. Mme la députée attire notamment son attention sur les abus systématiques dont sont victimes les femmes dans cette répression. Elle tient également à l’interpeller sur la situation d’un opposant politique, M. Mushaima, dont elle a rencontré le fils, qui a été torturé et condamné à la prison à perpétuité, et à qui est refusée l’assistance médicale. Elle lui demande si des négociations diplomatiques sont en cours afin d’obtenir la libération des prisonniers et si des pressions sont exercées par la France pour exiger la fin de cette répression tout azimut.