EHPAD : c’est une situation d’urgence sanitaire

EHPAD : c’est une situation d’urgence sanitaire

Mardi 3 avril, Clémentine Autain est intervenue dans le cadre du débat sur le rapport d’information portant sur la situation dans les EHPAD.

La députée Clémentine Autain a interrogé la ministre de la santé sur le manque d’efficacité des mesures proposées par ce gouvernement, au regard des besoins de financement chroniques des EHPAD notamment dans le secteur de la dépendance. Ayant en tête les récits des personnels de René Muret qui ont raconté dans le détail la déshumanisation de leur métier et donc du service rendu aux personnes âgées.
Question et réponse de la ministre. Les 20 000 postes financés en équivalent temps-plein permettront tout juste de faire face aux 12 500 supprimés en contrats aidés. Le budget global nécessaire pour assurer une présence d’1h30 par jour auprès de patients serait de 20 milliards… autant dire que les 160 millions sont une goutte d’eau et que ce gouvernement n’a pas pris la mesure de l’urgence.

Texte intégral

Nous parlons des 720 000 seniors bénéficiant de soins. 83% d’entre eux sont reconnus en forte perte d’autonomie. 70% ont besoin d’aide pour s’alimenter. Ils ne sont pas seulement des chiffres, ils sont nos aînés et ont le droit au respect. Quant aux personnels, ils portent notre honte à tous, notre incapacité à traiter dignement, à accompagner ces anciens qui ne réclament que la dignité.

La situation des EHPAD relève de l’urgence sanitaire. Le constat est partagé : il faut augmenter les effectifs. Atteindre le ratio de 60 employés pour 100 résidents et consacrer au minimum 1h30 à chaque patient par jour… pas la panacée ! Une mesure préconisée dans le plan « Grand âge » de 2006… dont nous sommes encore loin. Au lieu de ça, ce gouvernement supprime 12 500 emplois aidés dans les EHPAD publics. Et les 50 millions d’euros débloqués récemment ? Une goutte d’eau face à la perte de 200 millions d’euros de dotations publiques.

Madame la Ministre, vous dites ne pas avoir les moyens de financer ces créations de postes malgré leur absolue nécessité. Vous demandez aux personnels des EHPAD de faire la même chose en mieux, avec moins de moyens et pour toujours plus de patients.

La prise en charge de nos aînés est sacrifiée, comme beaucoup d’autres services publics, sur l’autel de l’austérité budgétaire. Pensez-vous réellement que vos recommandations de ‘management des personnels’ et d’optimisation des budgets soient des mesures sérieuses et suffisantes pour faire face à l’ampleur de cette crise sanitaire ?