Fermeture de l’Institut français de Naplouse

Fermeture de l’Institut français de Naplouse

Publié dans

Mme Clémentine Autain alerte M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la fermeture de l’Institut français de Naplouse en Cisjordanie.

Cette décision, incompréhensible, est un terrible message envoyé par la France. Désormais, ni la France, ni aucun pays étranger ne disposera d’une représentation dans le nord de la Cisjordanie. L’Institut français de Naplouse, qui cumule plus de trente années de présence sur les territoires palestiniens, accueillait encore cette année 370 étudiants palestiniens. Pour eux, cet espace représentait une véritable échappatoire à la situation politique extrêmement difficile dans laquelle se trouve leur pays. Les défenseurs du maintien de l’Institut français à Naplouse se sont manifestés, une pétition recueillant 2 100 signataires. En vain. Aucune raison officielle n’est encore évoquée pour expliquer ce choix, qui s’apparente à une décision purement budgétaire et austéritaire. Elle est extrêmement fâcheuse à l’heure où la réduction des activités et de la coopération est privilégiée par Bercy. Tout est bon pour faire de nouvelles économies, quitte à sacrifier la recherche de la paix et du dialogue dans la région. Elle lui demande donc de revenir sur cette décision, illogique dans le contexte actuel, alors que les Palestiniens subissent de nouvelles mesures injustes prises par le président américain quant à l’aide qui leur est apportée. La France doit être à la hauteur de l’enjeu.