Interpol : la députée interpelle Le Drian sur la possible nomination d’un criminel à sa tête

Interpol : la députée interpelle Le Drian sur la possible nomination d’un criminel à sa tête

Publié dans

Clémentine Autain a appris avec effroi et sidération que le candidat favori pour être le prochain président d’Interpol serait le général Ahmed Naser Al-Raisi. Ce dignitaire émirati est l’objet de plusieurs plaintes en France pour des faits d’une extrême gravité, il lui est notamment reproché d’avoir participé à des faits de torture. Organisation fondée en 1923 pour lutter contre la criminalité transnationale, du trafic d’êtres humains au terrorisme, Interpol est une institution cruciale pour la sécurité internationale. Comment pourrait-elle être dirigée par un potentiel criminel ? Ce serait une décision aussi insensée que de confier la lutte contre le trafic de drogue à un narcotrafiquant. La France, qui accueille à Lyon le siège de cette organisation, doit exprimer fermement et publiquement son opposition ferme à la nomination de M. Al-Raisi.

La députée interpelle le ministre :