« La colère des Français à l’égard de l’UE n’est pas un caprice de Gaulois »

« La colère des Français à l’égard de l’UE n’est pas un caprice de Gaulois »

Publié dans

J’ai représenté le groupe de la France Insoumise à la réunion, en présence d’Ursula Von Der Leyen, avec le Collège des Commissaires européens. J’ai assisté aujourd’hui à une parodie de démocratie qui n’honore ni l’Union Européenne, ni l’Assemblée nationale.

J’ai constaté un immense décalage entre les préoccupations affichées de la Présidence française et les enjeux auxquels l’Union est concrètement confrontée. La colère des Français à l’égard de l’UE n’est pas un caprice de Gaulois.

L’Union européenne porte des œillères sur les raisons du désastre social et écologique. Grand marché dérégulé, elle continue d’appliquer coûte que coûte les principes de libre-concurrence, de compétitivité à tout prix et à tout va, de privatisations tous azimuts, de course effrénée à la croissance pour la croissance, au mépris des dégâts sur l’environnement et nos vies.

Aucune transformation de l’UE n’est à l’ordre du jour pour faire face aux urgences sanitaires, du climat ou de la hausse inédite des inégalités. Un pas dans cette direction serait une révolution copernicienne salutaire pour une Union engoncée dans l’archaïsme du libre-marché, et pour cela il faut modifier les traités en profondeur.

Clémentine Autain