Les effets des perturbateurs endocriniens sur la fertilité

Les effets des perturbateurs endocriniens sur la fertilité

Publié dans

Mme Clémentine Autain interpelle Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les effets suspectés dangereux des perturbateurs endocriniens sur la santé et la puberté des générations futures. 

D’après une récente étude menée par Santé publique France sur 27 000 hommes différents, les perturbateurs endocriniens associés à d’autres facteurs environnementaux seraient la cause identifiée d’une dégradation de la qualité du sperme chez les garçons. Dans le même temps, ces résultats font écho à la constatation de plus en plus fréquente de cas de pubertés précoces voire très précoces (avant 8 ans) chez les jeunes femmes. Les chiffres sont alarmants, entre 1989 et 2005, la concentration en spermatozoïdes du sperme a chuté de près d’un tiers (- 32,2 %), soit 2 % par an sur l’échantillon d’hommes concernés. Également, l’augmentation inquiétante des cancers des testicules : plus 1,5 % par an. À ce rythme, les effets pourraient être désastreux d’ici une décennie. Il apparaît extrêmement urgent de tout mettre en œuvre pour stopper cette tendance, en déployant tous les moyens nécessaires à la compréhension de ce phénomène et à l’adaptation des produits de grandes consommations responsables de cette crise sanitaire. Elle lui demande quelles sont les études en cours pour identifier les responsables de ces tendances dangereuses pour la santé publique, et quelles sont les mesures prévues pour endiguer un phénomène de mise en danger de la fertilité de tous.