Menace de suppressions de lits à l’hôpital René Muret

Menace de suppressions de lits à l’hôpital René Muret

Publié dans

Depuis plusieurs mois déjà plane la menace de la suppression de la moitié des lits de l’AP-HP (1.200 sur 2.400) dans les services de gériatrie. Le journal Le Monde à confirmé cet ordre de grandeur comme hypothèse de travail au sein de l’institution. La projection pour la Seine-Saint-Denis est alarmante : tous les lits seraient supprimés. Les personnels de l’hôpital René Muret d’Aulnay faisaient déjà part de leur crainte de voir les 179 lits de leur service disparaître. La députée Clémentine Autain leur réitère son soutien, tant ce plan semble aberrant au regard de l’actualité et des besoins croissants des personnes âgées.

Ceux qui proposent ce plan ne veulent voir dans les patients en SLD (Soins Longues Durée), pouvant être dirigés vers les EHPAD, que ceux en relative bonne santé, ne nécessitant que peu de soins et étant suffisamment aisés pour payer les prix généralement exorbitants de prise en charge dans ces structures. Mais que feront les autres ? La puissance publique ne peut s’en laver les mains et reléguer au privé cette mission d’accueil, sauf à considérer que seuls les plus riches pourront trouver une solution digne.

C’est bien pour des raisons budgétaires que ces lits vont être supprimés, renforçant encore plus l’attractivité des EHPAD privées. Pour rappel, Korian, l’entreprise privée gérante de plus de 20.000 lits, a dégagé 38 millions bénéfices en 2017 sur ce « marché ». Un bénéfice en augmentation de près de 20% en un an.

Pour que le bien-être des patients et des personnels de soin soit au centre des politiques publiques, il faut sortir de la simple logique comptable et partager les richesses pour investir dans ce secteur clé. Vite.