Question écrite sur les dangers des terrains synthétiques

Question écrite sur les dangers des terrains synthétiques

Publié dans

Madame Clémentine AUTAIN attire l’attention de Madame la ministre des sports sur les dangers des terrains synthétiques pour la santé humaine et l’environnement.

D’après les derniers chiffres disponibles, la France disposait en 2012 de 4700 grands terrains synthétiques. Depuis, leur nombre a explosé : près de la moitié de la centaine de grands terrains construits chaque année est artificielle. A ceux-là s’ajoutent les milliers de mini-terrains publics et les centaines de complexes privés existants.

Ces terrains sont constitués de granulés, faits de vieux pneus broyés, qui permettent de maintenir debout les brins d’herbes artificiels. A titre d’exemple, un terrain nécessite des milliers de granulés, soit l’équivalent de 23000 pneus broyés. Toutefois, des études récentes, comme celle de l’université de Yale, ont prouvé que ces granulés contenaient plus de 190 substances classées toxiques ou cancérigènes. Ces particules pourraient être responsables de cas de cancer décelés chez de nombreux footballeurs.

Pire, chaque année, jusqu’à la moitié des granulés sont emportés par le vent, les équipements des joueurs ou par la pluie. Cela nécessite de recharger les terrains environ une fois par an, soit en moyenne 3 à 5 tonnes de granulés par terrain, pendant une durée de 4 à 10 ans, correspondant à la durée de vie moyenne d’un terrain. Les dégâts pour l’environnement sont désastreux : chaque année, ce sont donc plusieurs tonnes de pneus usagers qui se perdent dans la nature.

Clémentine Autain demande donc à Madame la ministre des sports un état des lieux précis des différents terrains synthétiques dans le pays. Elle lui demande aussi de détailler les mesures qui seront mises en place pour informer les utilisateurs de ces terrains sur leur degré de dangerosité.