« Tenue normale » pour les lycéennes : que veut dire le ministre ?

« Tenue normale » pour les lycéennes : que veut dire le ministre ?

Publié dans

Mme Clémentine Autain interroge M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur ce qu’est une tenue normale pour des lycéennes.

Quelques jours après qu’une femme se soit vue refuser l’accès au Musée du Quai d’Orsay en raison d’un décolleté trop plongeant, des lycéennes ont décidé lundi 14 septembre de débrider leurs tenues. Elles ont ressenti le besoin de s’habiller de façon provocante selon le regard de notre société. Pour manifester leur liberté de porter ce qu’elles veulent. Pour briser l’idée qui voudrait qu’une jeune femme qui se vêtit doive le faire dans le respect de codes qui cloisonnent le corps féminin dans la sexualisation. Pour dire qu’une partie de corps dénudé n’a pas nécessairement vocation à exciter les passants. Ce type d’événement est à la fois triste et plein d’espoir.

Triste de constater que les mots de Molière résonnent encore, cachez donc cette poitrine, ce ventre, ces courbes que nous ne saurions voir. Signe d’espérance parce que l’initiative est venue de jeunes femmes, adolescentes, le plus souvent victimes de multiples injonctions contradictoires quant à savoir si leurs tenues seront suffisamment ou trop jolies, assez couvertes pour être respectables ou trop couvertes et donc condamnables…

À l’heure d’un mouvement mondial de libération de la parole des femmes et de lutte pour l’égalité, la députée demande au ministre de l’Éducation nationale s’il ne serait pas judicieux d’éviter de faire porter la responsabilité de comportements néfastes telles que le harcèlement ou les agressions sexuelles aux jeunes femmes et à leurs tenues, mais plutôt de porter toute notre attention sur l’éducation des comportements masculins d’oppression et de domination.