YÉMEN : Des armes françaises servent-elles à tuer des civils ?

YÉMEN : Des armes françaises servent-elles à tuer des civils ?

Mme Clémentine Autain interroge M. le ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la vente à l’Arabie Saoudite de matériels militaires tels que des missiles ou des pods Damoclès.

La France, en tant que pays signataire du Traité sur le Commerce des Armes, n’est pas autorisée à transférer des armes s’il existe un risque qu’elles soient utilisées dans le cadre de crimes de guerre ou d’autres atteintes aux droits humains.
Au Yémen, ces crimes de guerre sont documentés, avec par exemple plusieurs bombardements visant les populations civiles. Interrogé à ce sujet le 13 février dernier devant la commission des affaires étrangères, vous aviez déclaré que « nous ne fournissons rien à l’armée de l’air saoudienne ».

Aujourd’hui, la fuite d’une note confidentielle de la Direction du Renseignement Militaire nous informe que c’était pourtant bien le cas (missiles guidés franco-britanniques Black Shaheen, missiles AASM, et pods Damoclès destinés à guider les missiles). Aussi, Mme Autain interroge M. Le Drian sur la véracité de ces informations, qui appellent une réponse claire de la part du gouvernement.